Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/11/2012

Je n'y suis pas allé

La date limite pour s'inscrire à la partielle des législatives est passée.

Je ne me suis pas présenté alors que François Perniola avait laissé la place libre en déclarant très tôt qu'il ne participerait pas à l'aventure pour des raisons professionnelles. Mme Lescure ayant depuis longtemps pris des positions incompatibles avec la ligne du MoDem, elle n'est plus en course du coté de chez nous.

Alors , parmi les trois candidats à la candidature du MoDem, le seul rescapé susceptible de participer à la bataille c'était moi. La seule personne qui m'a contacté pour en parler, c'est François Perniola. Son message est simple : si tu penses qu'il faut y aller , vas-y.

Merci François. Nos relations ont toujours éte claires et lisibles.

Par contre j'attends toujours un mot de notre président de la fédération.

J'attends toujours un mot de notre déléguée nationale.

J'attends toujours un mot de notre déléguée départementale.

Et ils sont où ?

J'ai beaucoup trop de boulot au lycée avec les nouveaux programmes.

C'est la bonne excuse, mais ma conscience a du mal à s'en accomoder.

Je suis un fervent défenseur de l'acte de candidature. Non pas qu'il faille y aller pour y aller. Il faut y aller pour que l'électeur puisse trouver son bulletin orange disponible sur la table d'accueil du bureau de vote.

Vous, fidèles lecteurs de mon blog qui me suivez depuis des années, vous n'aurez pas la possibilité de saisir le bulletin MoDem.

J'aurais dû y aller. Pas dans ces conditions !

Ceux qui attendaient de moi une présence dans ce combat seront sans doute déçus, mais leur voix comptera toujours autant dans cette partielle qui s'annonce très serrée

Il reste la possibilite de partir à l'UDI. Les conditions d'accueil de ce "pseudo centre" ne me semblent pas réunies.

Borloo a trahi.

Il peut peindre en vert son "machin". Il n'aura pas de crédibilité auprès de  tous ceux qui ont suivi ses contorsions.

Le bipartisme est installé. Nous avons perdu cette bataille.

Ceux  qui pensent "centre"  forment certainement le premier parti de France.

Nous n'avons pas réussi à les fédérer.

 

Bonne lecture.

Jean-Charles Olivan

 

Les commentaires sont fermés.