Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/08/2011

Quand les administrations vous sourient!

9 août 2011. Une drôle de journée. Pendant la nuit la Clio a été vandalisée, proprement. Juste la vitre avant explosée, pour le plaisir.

Je suis allé au commissariat en me garant face au nouvel immeuble de l’avenue du 22 août avant SilliGome. Arrivé au commissariat, un policier s’est occupé de moi au bout d’une bonne minute d’attente. Un autre appelle un "sourd" endormi , une fois , deux fois, adjugé. Il me dit : c’est à vous monsieur, suivez-moi. La plainte la plus rapide de ma vie. (Hier , m'a confié le policier, il y avait deux heures et demi d'attente!)

Equipé de mes papiers pour la MAIF, je fais un détour par la sous-préfecture pour pour déposer les documents de l’une des associations que je préside et je trouve porte close pour cause de dame en congés. C’est la période ! Mais la dame de l’accueil, au décolleté aussi imposant que son bronzage me propose très gentiment de lui laisser l’enveloppe. Elle transmettra. En route vers ma voiture, le passe devant le Diplomate, mon ancien kiosque, bureau de tabac et je me fais un petit loto. on ne sait jamais, quand ça veut sourire ! Je vais vers la MAIF où je suis reçu tout de suite par une charmante jeune femme qui règle la totalité de mes problèmes en deux temps trois mouvements. Elle me prend un RDV chez Continental Parebrise. 16h30. Un petit passage aux impôts pour déposer un document d’achèvement des travaux de mon garage transformé en salle associative. J’attends deux minutes et c’est mon tour. Je demande un récépissé, et la dame me propose très aimablement de me faire une photocopie de la page de garde qu’elle a oblitérée. Me voilà de retour à 11h30. Un courrier m’attend. J’ai oublié de dater les documents déposés le 3 août à l’urbanisme. Zut, j’ai dû faire la même bêtisesur le document déposé aux impôts. Je retourne voir la dame des impôts immédiatement disponible, je rectifie l’erreur et je repars vers la caserne St Jacques au service de l’urbanisme pour redéposer les documents complétés. Il est midi moins le quart. Ça va être juste. Quelques ralentissement, je passe par l’Hourset remonte Gambetta avant de m’engouffrer dans la caserne. Il reste une minute. Devant l’accueil je vois le store en mouvement dans ses derniers centimètres de fermeture. Une jeune femme sort rapidement et me demande : vous vouliez quelque chose, Monsieur ? Oui Madame...

Je crois qu’il faut remonter au siècle dernier pour réussir à faire autant de tâches administratives dans la même demie journée. Pour chacun de ces épisodes, il m'est souvent arrivé de passer plus d'une heure en salle d'attente à chaque endroit.

Oui, vous avez bien lu, tout le monde a été absolument charmant et efficace avec moi.

 C'est la fête, ou comment positiver une vandalisation lamentable.

Bonne lecture.

Jean-Charles Olivan

05:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.