Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2011

Jean-Marc Teulé en tête.

L'actualité du MoDem du Pays biterroisest aujourd'hui signée Jean-Marc Teulé.

http://www.midilibre.com/articles/2011/03/07/BEZIERS-Les-trouble-fete-de-l-39-intercommunalite-1558357.php5

 

lien permanent

 

 

Olivier Goudou le suit de près.

 

Voici les quelques documents transmis pas Jean-Marc que je porte à votre connaissance.

La liste des candidats au  3° collège

La profession de foi

 

**********************

 

Voici un extrait du discours de Claude Guéant  devant l’Assemblée Nationale.

"Monsieur le président, messieurs les députés,, vous me permettrez tout d’abord de vous dire tout l’honneur et toute la responsabilité que je ressens  en venant pour la première fois devant vous.

S’agissant de la question d’Eric Ciotti, je voudrais dire que, la recherche d’une voix démocratique, la recherche de liberté qui se manifeste dans un certain nombre de pays au sur de la méditerranée créé à la France et son gouvernement deux responsabilités.

La première c’est d’accompagner les peuples de ces pays vers une vie réellement démocratique. Et ce n’est pas facile pour eux, parce qu’ils ne l’ont pas connue depuis longtemps.  C’est de créer les conditions d’un nouveau développement économique, de la recherche d’un modèle de développement économique. Notre devoir c’est aussi de les appuyer pour trouver la stabilité politique qui est nécessaire à une vie normale.        

Mais notre deuxième responsabilité, notre deuxième responsabilité c’est de ne pas subir une immigration non contrôlée. C’est de ne pas subir des vagues d’immigration supplémentaires.

Ce serait du reste complètement paradoxal que nous devions accueillir au nom de notre tradition d’accueil, des immigrés qui viennent de pays qui précisément sont entrain d’accéder à la liberté, à la vie démocratique. (applaudissement de Elie Aboud député UMP de Béziers, plein écran). Je vous le dis donc avec clarté, la loi de la république, sera appliquée avec fermeté, sauf exception prévue par nos lois et les principes qui nous animent, les personnes qui se présenteront en France en situation irrégulière seront refoulées et nous le ferons en concertation avec nos partenaires européens, j’ajoute que la solution c’est dans le développement de ces pays et pas dans l’organisation d’une organisation du travail incontrôlée."

Fin de discours sous les huées. (Le député UMP Eric Ciotti, l'un des tenants de la ligne "sécuritaire" du parti).

 

« Mais notre deuxième responsabilité, notre deuxième responsabilité » il fallait bien insister pour qu’elle passe en pool position et que soit entendu le chant de l’extrême. Marine Le Pen n’est pas loin.

Nous voyons tous les jours sur nos écrans ces milliers de travailleurs immigrés en Libye, se ruant sur les frontières tunisiennes. Ils fuient les massacres à venir de Kadhafi et se pressent sur les barrières des frontières du pays du jasmin.

Notre nouveau ministre de l’intérieur s’illustre déjà en communiquant sur la peur de l’étranger.

Avions-nous vraiment besoin d’un ministre de l’intérieur tenant ce type de discours ? Hortefeux le faisait très bien !

Notre gouvernement a été plus prompt à proposer l’expertise française pour mater les rébellions, (un moment de honte est vite gravé sur les médias de la planète), qu’à envoyer des secours et des moyens pour les aider.

La catastrophe humaine qui s’annonce aux portes de la Libye devrait interpeller nos dirigeants. Non pas parce nous serons envahis mais parce que la souffrance humaine doit être soulagée par tous les moyens.

La France a une relation privilégiée avec le Maghreb. Nous ne pouvons pas rater le train qui se met en marche pour des raisons électoralistes internes. Si notre pays a encore un peu d’influence dans le monde, il peut le pontrer en imposant son aide. Il faut absolument agir pour aider les hommes à s’en sortir.

Plus du tiers des tunisiens travaillent pour le tourisme. Cette destination touristique est supprimée aujourd’hui. La communauté Tunisienne en France est très importante (600 000). Préservons-nous d’avoir à baisser les yeux lorsque nous les croiserons, nos voisins de quartier.

 

Ces quelques mots sont presque dépassés par l'actualité. Ceux qui suivent sont en passe de l'être tant cela va vite.

 

Le traitement sensationnaliste de la crise tunisienne est commun à toute l’Europe. Heureusement que ce ne sont pas les médias qui devront résoudre les conséquences de cette crise, mais l’Europe.

Le ministre de l’intérieur gesticule pour bien montrer que l’on garde nos frontières. On fait la leçon aux Italiens. Quelle idée d’avoir une île à portée de zodiac de la Tunisie (44 miles pour l’île de Pantelleria et son volcan). Lampedusa est assiégée à 69 miles. Un peu moins de 130 km pour toucher l’Europe. La Sardaigne à 114 miles.

Les ratés de la diplomatie française font le buzz sur le net. quelques mots clés et Google vous abreubv de la bétise de nos représentants.

Voici quelques propos rapporté par les médias.

LEMONDE.FR avec AFP | 04.03.11 |

"Nous souhaitons obtenir de nos amis italiens qu'ils jouent le jeu de la règle européenne. C'est la responsabilité du pays d'accueil. Nous leur demandons de retenir les personnes qui se présentent chez eux et qu'ils reprennent celles qui leur sont renvoyées", a déclaré M. Guéant à Nice

Le ministre de l'intérieur a précisé que sur les 436 migrants clandestins, pour la plupart des Tunisiens, arrêtés en février dans le département des Alpes-Maritimes, 250 ont été reconduits en Italie."Les Italiens jouent le jeu. Nous attendons qu'ils le jouent complètement", a prévenu M. Guéant.

Le Monde.fr | 22.02.11

Pour l'éditorialiste de La Repubblica, Bernardo Valli, "l'Europe est resté fidèle à ses principes en condamnant la répression et en se prononçant en faveur des opposants en révolte. Seule l'Italie de Berlusconi a manqué ce rendez-vous de l'honneur pour un pays démocratique. Si l'insurrection libyenne doit se noyer dans le sang, le gouvernement italien aura sa part de honte".

www.survie.org.

 Au lendemain de l'annonce par le Président de la République de la nouvelle ligne de la politique extérieure de la France, l'association Survie se félicite des premières mesures concrètes que devraient annoncer les nouveaux ministres, afin de couper tout soutien français aux dictatures africaines.

Après l'annonce ce dimanche soir 27 février 2011 par Nicolas Sarkozy que "nous ne devons avoir qu'un seul but : accompagner, soutenir, aider les peuples qui ont choisi d'être libres" et qu'"il nous faut tout faire pour que l'espérance qui vient de naître ne meure pas", le nouvel exécutif a décidé d'anticiper les mouvements populaires dans tout son ancien "pré-carré". Quelques heures avant l'annonce officielle que devraient faire ce soir les nouveaux ministres de la Défense et des Affaires étrangères[1], l’association Survie a appris avec soulagement que la France souhaitait enfin agir fermement à l'encontre des régimes alliés ne donnant pas les garanties démocratiques suffisantes.

Parmi les mesures qui devraient être annoncées dans la soirée, Survie salue notamment :

-         le rappel en France des centaines de coopérants militaires et policiers présents au Cameroun, au Gabon, au Togo, au Maroc, à Djibouti, à Madagascar, au Burkina Faso, au Tchad, en Centrafrique, en Mauritanie, etc. ;

-         la fermeture définitive et complète des bases militaires françaises au Gabon, au Sénégal, au Tchad (opération Epervier), à Djibouti et à Abu Dhabi ;

-         le gel des avoirs financiers et la saisie des Biens Mal Acquis de tous les dictateurs sur le territoire français, notamment l'hôtel particulier récemment acheté par l'Etat gabonais rue de l'Université à Paris ;

-         la suspension de l'aide budgétaire bilatérale au Cameroun et au Tchad si Paul Biya et Idriss Déby ne renoncent pas à se représenter aux élections prévues cette année ;

-         un audit public des services de Bercy sur les investissements des multinationales françaises à capitaux publics implantées dans des Etats où les droits humains ne sont pas respectés ;

-         l'annulation du récent décret d'attribution de la Légion d'honneur à Jean-Dominique Okemba, pilier du régime de Sassou Nguesso, et la nomination à titre posthume des opposants congolais Bruno Ossebi et tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh et du président de la Ligue centrafricaine des droits de l'Homme, Maître Goungaye.

Certes, si ces informations transmises officieusement à l'association Survie sont confirmées,  cela pourrait entraîner la chute des actions d'Areva et de Total au CAC 40, même si c’est le prix à payer pour une politique étrangère responsable. En revanche, si elles ne sont finalement pas annoncées officiellement par le gouvernement, cela indiquera une fois de plus que Nicolas Sarkozy fait de belles déclarations, mais ne change absolument rien à la politique française criminelle de soutien aux dictatures africaines.

 

Le Mistral a déposé ses 70 palettes et est reparti à vide. Il devait transporter des égyptiens de Tunisie vers Alexandrie.

Les navettes aériennes égyptiennes avaient fait le boulot.

 

cela fait beaucoup pour un petit pays comme le notre qui était  assez grand il n'y  a pas si longtemps. 

 

 

Bonne lecture

Jean-Charles Olivan

 

 

Les commentaires sont fermés.