Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/11/2010

Quel gâchis.

Les 9% de Bayrou.

Il est des chiffres comme celui des 9% des intentions de vote au premier tour pour François Bayrou qui permettent de croire que tout n’est pas perdu. La notion qu’a la presse du centrisme est en pleine évolution. Elle s’est terriblement élargie ces derniers temps. Alors que Corinne Lepage se débat déjà avec le nouveau parti euro-vert, nous nous voyons d’après cette presse déjà sous la houlette de Borloo, de Villepin ou de je ne sais plus qui ?

Programmes ? Aucun !

Propositions concrètes ? Je lis ce qui passe ! Je reste glacial.

Certes Fillon III est arrivé. La presse nous explique qu’il a changé. Les sondages crient que même les anciens ne le croient pas. Le gouvernement réduit n’en finissait pas d’être à rallonge dimanche dernier. (C’est chic d’être nommé un dimanche, ça fait très pas catho, n’est-ce pas Georges ?).

Faut-il se mettre à vivre politiquement au jour le jour ?

Les dysfonctionnements de notre société sont tels que tout est contredit par n’importe qui, que le dernier qui a parlé a eu raison et que les individualités munies d’un peu de charisme font des dégâts en toute impunité partout où elles osent s’exprimer.

J’ai eu ces derniers temps quelques retours de propos de collègues profs que dénotent d’un malaise profond dont les retombées ne se mesureront que dans quelques années, en sondant le fond de nos élèves et étudiants.

J’ai subi un refus d’un projet de voyage d’études avec mes étudiants. Le CA s’est tenu mardi dernier. Des collègues se sont permis de fusiller le projet sans en avoir lu une seule ligne des sept pages qui le composent. Je regrette vraiment de ne pas m’être présenté sur une liste pour les élections professionnelles. Jusqu’au dernier moment j’étais sûr d’être représenté par la tête de liste de « Union Jean Moulin ». Mais les collègues élus l’an dernier ont baissé les bras sans le dire. Seuls les syndicats traditionnels y sont.

Je vais devenir spécialiste des élections manquées, si ça continue. Alors voilà un défi à relever. Ces regrets me poussent à préparer dès maintenant la campagne de 2011 pour y être.

 

Un de mes étudiants me disait mardi qu’il allait changer de formation, car il s’était fait avoir dans cette filière qui devait le porter vers les énergies nouvelles et le photovoltaïque. Avec ce que vient de faire le gouvernement, toutes les petites entreprises vont mettre la clé sous la porte dans ce secteur. Sans compter que son esprit écolo ne peut s’empêcher de penser à la pollution générée par tous ces panneaux solaires que l’on ne saura plus où mettre dans une dizaine d’années.

Que va-t-il faire ? Il ne sait pas, mais il va faire autre chose.

Quel gâchis !

Spécial investigation : reportage chez les profs.

 

Bonne lecture.

Jean-Charles Olivan

03:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.