Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/06/2010

Provocation, action, réaction.

Provocation, action, réaction.

Ce titre est presque un peu facho, mais il faut dire que le coup du voyage des touristes de l’Idéal associés au fanatisme islamique déclaré au départ de la Turquie laisse un peu incrédules les partisans du raisonnable. Une aide alimentaire peut arriver dans la bande de Gaza par diverses voies. Par les israéliens, mais aussi par les égyptiens. La provoc était grosse. Le résultat acquis d’avance. Un pays comme Israël n’a pas le droit de perdre la moindre bataille. Alors ils ne se sont pas laissés impressionner. La Bérézina médiatique qui en découle est inévitable. Elle contribue à augmenter le discrédit dans lequel s’enfonce Israël depuis quelques années. Le jour où les intégristes auront la peau des israéliens, nous ne pavoiserons pas bien longtemps. Peut-être que les chinois magnanimes viendront nous sauver du massacre et nous proposeront un grand plan « Mao » pour les cinquante ans qui viennent en effaçant nos dettes dans leur grand élan de solidarité.

 

Les touristes de l’Idéal est une œuvre d’Ignacio Vidal-Folchignacio vidal floch.jpg

Comme le panorama littéraire français fut commotionné par l’apparition de l’auteur de nouvelles Michel Michel Houellebecq.jpgHouellebecq, qui avec ses œuvres disséquait la génération de ceux qui étaient jeunes en 1968. Le résultat sera dévastateur, la dissection cruelle et le ton sarcastique employé là n'est pas de la partie ici. Il aurait pu occulter le nihilisme désespéré qui recouvre toute l’œuvre. Mais les ans ont passé. C’est en Espagne qu’Ignacio Vidal-Folch pose une problématique similaire à celle que l’écrivain gaulois, posa il y a une décade.

« Turistas del ideal » est el premier titre de ce qui s’annonce comme une trilogie qui prétend faire le portrait débordant d’ironie de la société espagnole actuelle. Les portraits de cette première partie sont ce que nous pouvons classer sous l’épithète de “progrès”," révolutionnaires de salon" et "bien nourris", un collectif qui, il faut le reconnaître, donne beaucoup de soi sous une plume bien affutée. Et celle de Vidal-Folch l’est.

 

Bonne lecture

Jean-Charles Olivan.

00:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.