Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/04/2010

Vue cantabrique

Mille excuses pour ce long silence.

Un blocage du dos et peu de choses à dire pendant une semaine m’ont incité à ne rien écrire depuis ma dernière note.

Puis le temps de l’échange de professeurs avec l’Espagne est venu.

Je participe au programme international de séjours professionnels de professeurs de langue vivante et de discipline non-linguistique du second degré. C’est un peu pompeux mais c’est complet.

Je découvre Luarca et les Asturies. Le monde cantabrique est extraordinaire. Imaginez les Pyrénées au bord de l’océan sur des centaines de kilomètres. Au nord les vagues, au sud les pics. Inutile de vous dire que c’est extrêmement verdoyant, que le poisson y est frais et la viande délicieuse.

La population compte très peu d’immigrés. J’ai vu à Luarca un Inca et deux sénégalais.

L’IES Carmen y Severo OCHOA a des classes à très faible effectif. Tout se fait dans le calme et la bonne humeur. Les élèves paient leurs photocopies que les professeurs déposent à la conciergerie. 5 cts la page. Obligatoire. Sans pb.

Cet institut est l’œuvre de Severo OCHOA,CARMMENYSEVEROOCHOA.jpg biochimiste né à Luarca en 1905. Il est  devenu citoyen américain en 1956. Il décéde en 1993 à Madrid. Il obtint le prix Nobel de physiologie en 1959. une fille du pays. Il a pesé de tout son poids pour que cette commune de 5000 âmes accueille cet institut.

Le calme dont je parle est trahi par des tags sur les bâtiments qui me rappellent que nous sommes en face d’une jeunesse qui sait s’exprimer comme partout, avec les moyens « modernes ».

Le premier jour, je suis rentré par un passage peu fréquentée après m’être prudemment garé quelques centaines de mètres plus bas sur la route à flanc de corniche. Un tag « policia asesina » et un caddy brûlé m’ont donné une première impression très banlieue. Mais la suite est aussi calme que ce que je viens de vous raconter.

Que s’est-il passé chez nous entre temps ? Au MoDem j’entends ?

En fait c’est le silence. Je n’ai pas eu d’écho. La réunion du conseil départemental a-t-elle eu lieu ?

Je n’en sais rien.

J’y ai normalement assisté par procuration. J’en saurai plus lundi.

L’Espagne vit une actualité sévère.

Ils découvrent le problème du voile à l’école et citent Sarkozy à tout va. Ils se mobilisent pour le foot.

Toutes les télés donnent en boucle la branlée du Barça face à l’Inter et parlent de mobilisation historique pour ce mercredi. (Bravo à l’Olympic, qui a joué en tremblant et qui a fait finalement trembler ses propres filets).

Le coup de corne de Aguascalientes dans la fémorale de José Tomàs tient une part importante des images choc.

Pour le reste, on vient d’annoncer ce soir, après une fuite organisée, que le « paro » (chomage) passe les 20%. Par ailleurs, l’Espagne est la prochaine sur la liste d’après les grands financiers.

Zapatero est dans le collimateur. Rajoy prêt pour la relève.

L’Education Nationale a du fil a retordre avec les autonomies régionales qui ne veulent pas inscrire le Castillan comme langue obligatoire et les régions qui ont de l’eau veulent la garder pour elles sans en partager un peu, ce qui fait monter au créneau les autres.

La cour suprême est sur la sellette et l’action du juge Garzon, accusé par ses détracteurs de socialiste, est à la une de tous les journaux, (après le foot, pardon !)

Garzon veut juger les franquistes pour crime contre l’humanité. La « Phalange » crie au scandale et ressort dans la rue. On parle de mise à pied du juge !

L’actualité est très lourde ici.

Ce qui transpire de France, c’est cette histoire de cul à peine voilée ou un mec a quatre maîtresses.

On explique clairement que l’amant aurait mieux fait de payer les 22 € d’amende.

 

On m’a offert la BD  de Lupano, Bazile et Maffre intitulée les aventures de Sarkozix. « Tout pour ma Gaule. ».  Extrait « Ah voici à présent  venir Bayrix, le dissident de sud-ouest… Il a bien failli nous coûter cher, celui-là. ». Vient ensuite une scène où apparaissent les « gamelous ».

 

Bonne lecture.

Jean-Charles Olivan

00:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

J'ignore de quand date la BD, mais j'avais écris un jour...

"Nous sommes en 2008 après Jésus-Christ ; toute la République est occupée par les Politicaribus Parisianibus. Toute ? Non ! Car un petit parti peuplé d'irréductibles militants résiste encore et toujours à l'envahisseur.

Et la vie n'est pas facile pour les garnisons de légionnaires UMPIX et SOCIALIX des camps retranchés de Elyséeum, Solferinum, Senatorium et Bourbonnum... ».
Ce parti, le Mouvement Democratix, résiste à l'envahisseur grâce à la potion magique préparée par le druide Bayrouix, qui procure une force surhumaine à quiconque en boit.

L’engagement est toujours encouragé par le besoin de défendre une idée, de promouvoir un idéal ou de résister à une agression.

On se retrouve unis et vient le temps du débat. On s’écoute les uns les autres, on élabore un plan d’actions, on affute ses outils…

Enfin, on doit s’organiser autour de celle ou celui qui, à l’instant, est objectivement taillé pour le job : conduire le Mouvement et le faire exister. Ainsi, chacun peut se revendiquer fièrement d’un groupe qui a du poids."

Comme quoi...

Écrit par : Guilhem | 29/04/2010

www.editions-delcourt.fr
dépot légal : avril 2010
Imprimé et relié en mars 2010

jco

Écrit par : charly | 30/04/2010

par Bélénos ... je vais demander (voire exiger?) des droits!!

Écrit par : Guilhem | 01/05/2010

Les commentaires sont fermés.