Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/12/2009

DU DANOIS AU CAP

Grosse journée que ce samedi. Debout à 8h00, pour un entraînement de l'aviron club biterrois à 9h00. Les recrues de cette année sont assidues et sérieuses. Leur âge s'étale dans les temps. Tous aiment. Nous en apprécions d'autant plus leur présence, qu'elle apporte ce sang neuf indispenable à toute association. Pourvu que ça dure !!!

11h20 RDV au Bridge Club de Béziers pour un arbitrage de la catégorie Honneur. Ce sont des joueurs confirmés, pas encore experts, mais qui rêvent tous de le devenir un jour, à coups de points de performance lâchés par la Fédération Française de Bridge. La compétition dure deux jours. Demain matin, me voilà sur le pont à 9h20. Les compétitions de bridge subissent la dictature de la démocratie. les plus de soixante ans sont largement majoritaires. Alors, tout à fait démocratiquement, ils imposent leur loi. Se lever tôt et se coucher tôt. On joue donc le matin maintenant au bridge. Les jeunes et rares joueurs ne peuvent plus sortir tard. Bref, c'est un monde autre, pour d'autres gens.

Ce soir en rentrant du club de bridge des allées, je suis passé par derrière les Nouvelles Galeries pour traverser la place des bus. Un gars type danois, était écroulé par terre, incapable de se relever. Il parlait français. Je lui ai demandé s'il avait besoin d'aide, puisqu'il n'arrivait pas à se relever et qu'il avait , avec son arcade souciliaire fendue, l'air d'un boxeur de 4° catégorie qui aurait perdu son combat contre la croix de Saint-André qui lui servait d'étai. Il m'a répondu par la négative. Je lui ai proposé d'appeler les pompiers. Rien de pire d'après lui. "J'habite juste à coté!" 

J'allais le laisser à son triste sort, lorsque lors d'une dernière proposition d'aide en guise d'aurevoir, il me repond, "aidez-moi à me relever".

Voilà, c'est tout simple. Je passe par derrière et le soulève en le soutenant. Il repart dans l'axe. Je le suis du regard, mes yeux anticipant sa future chute à chacun de ses pas. Il a gardé l'axe et est peut être rentré chez lui en embrassant les siens avant de disparaître dans les bras de Morphée. Toutes les autres chutes de cette histoire ne relèvent que de votre imaginaire.

La télévision espagnole que je visite tard le soir m'offre des sous-entendus amusants. Suite au tirage au sort de la FIFA, ils prétendent que ça triche beaucoup. Ainsi prétendent-ils que lors des derniers tirages, des équipes ont été protégées par des boules aimantées face à des bagues "aimant", ou encore par le passage au congélateur des boules néfastes qui restent froides et le passage au four des boules amies qui restent chaudes. Comme quoi, lorsque les journalistes n'ont pas Domenech sous la main, ils sont encore capables d'inventer autre chose.

 

Bonne lecture;

Jean-Charles Olivan

    

22:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.