Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/02/2009

Bernard Lehideux à Nîmes suite et fin

Suite et fin de mon CR de la réunion de Nîmes.
M. Saïd : Je suis sceptique, comment l’Europe va régler les problèmes que les gouvernements précédents n’ont pas réglés ? Pour les jeunes c’est tellement loin l’Europe. Pour moi, les priorités sont l’emploi et l’éducation.
B. Lehideux : On pense exactement la même chose.
Autre prise de parole :
Vous savez, les quartiers, c’est comme un enfant dont on s’est pas bien occupé et qui est devenu un peu sauvage.
On passe à autre chose ;
B. Lehideux : Les sujets de droit social ne sont pas de compétence européenne parce que les états ne l’ont pas souhaité.
Mon regret est que pendant le présidence française de l’Europe, rien n’ait été fait. Nous n’avons pas saisi l’opportunité.
M. Saïd : Aujourd’hui attachons nous à notre école. C’est sous ce slogan que 430 écoles dans 61 départements ont mené une action.
Un directeur d’école présent (M. Coulon je crois, à vérifier) : aujourd’hui pour nos enfants, Bruxelles n’est pas étrangère, n’est pas éloignée.
B. L. : On accueille beaucoup d’élèves. Ils arrivent totalement ignorants de ce que nous faisons.
Un participant : On donne les outils de l’autonomie.
B. L. : Anne Laperrouze vient du privé. Elle est devenue une spécialiste d’énergies. Elle vient de prendre des positions très fortes sur les pesticides. Les jeunes y sont extrêmement sensibles.
Il n’y a pas de solution aux problèmes de climat et de développement durable qui ne soient européennes.
Je fais partie de la Commission Développement et Coopération. Les premiers réfugiés climatiques sont là. Ils proviennent d’îlots inondés. Les jeunes sont sensibles à ces problèmes.
« Je sors de l’Europe Sociale. Pardon. » dira Bernard Lehideux avant de rajouter : « Anne Laperrouze est une femme tout à fait remarquable. »
Prise de parole dans le public : Il faut parler de la complexité des dossiers qui est le premier obstacle. Si le dossier est OK, il faut trouver les clients etc…La complexité du dossier est le début du parcours du combattant.
Eric : Il faut faire appel à un cabinet. Il faut des relais dans le Gard et à Paris.
Vous les politiques, Fadela Amara, on a des projets à Valdegour. C’est son boulot de venir ici, elle est payée par la république. Votre projet est trop vague. Si je suis à Paris, je ne vous donne pas un sou.
Il faut un projet plus musclé. Il faut être plus modeste. Il faut mettre en place des petits projets qui vont se connecter les uns aux autres. Il faut être plus réalistes et plus modestes.
Il faut bousculer Fadela Amara.
B L. : Je vais vous passer son N° de téléphone
Chiche.
B. L. : Etre relais OK
FDS restructuration Urbaine, voir Jean-Marie Beaupuy qui préside URBAN-LOGEMENT
François Vandeville,
secrétaire départemental, ancien UDF, « je me suis retrouvé face à une résistance de la Mairie lorsque j’ai eu à faire appel aux fonds européens. Il fallait voir seul A. Lamassoure. On a fait appel à un cabinet que nous avons désespéré. Pour le maire, faire appel à l’Europe signifie une perte d’autonomie.
Si Nîmes a eu très peu de fonds européens, c’est la faute à ses élus qui n’en voulaient pas les contraintes. Les huit à dix derniers mois de délégation, je n’ai rien eu à faire. Plutôt se passer de fonds que de passer par les fourches caudines de l’Europe.
Un rapport confirme ces dires.
B. L. : Vous avez malheureusement tellement raison ! Je souris intérieurement. Je me dis que l’Europe est terriblement résistante.
Je suis élu dans l’Ile de France. 12 millions de personnes. Il n’y a pas d’information sur la façon de fonctionner. Malgré ça elle continue à vivre.
L’idée de mettre en place une formation « Comment ça marche » ; pour les élus, les fonctionnaires territoriaux et les responsables d’associations est à retenir. Je pense que je vais l’intégrer à ma campagne électorale.
Je vous remercie pour votre accueil.
Il faut que ce soit aussi un moment un peu fort de réflexion commune.
Merci Bernard, merci Elisabeth.
19h15 Applaudissements et fin.
Au fait, je suis élu des Hauts de Seine, Neuilly et les beaux quartiers, mais nous avons aussi nos cités.
Lors de l’apéro j’ai demandé à Bernard Lehideux « Avez-vous connaissance d’un « quartier » dans une ville européenne qui s’en soit sorti avec l’aide de l’Europe. »
Un temps de réflexion plus tard il me répondra : « Non mais je connais des quartiers qui chutaient et dont nous avons stoppé la dérive. »

02:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour, Jean Charles Olivan étant en vacances, Alain Helley a demandé à Anne Dao et à moi même de vous informer de la prochaine réunion MODEM qui aura lieu au Café de la Comédie à Béziers vendredi 20 février à partir de 18h30. Je n'ai pas le mail de tout le monde. Cette note est destinée à ceux qui suivent de près ce blog et qui n'auraient pas reçu mon mail. Cordialement. Virginia

Écrit par : Virginia | 18/02/2009

Les commentaires sont fermés.