Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/11/2008

Petites

Petites rencontres, gros effets :
« La Chine a reporté mercredi un sommet avec l'Union européenne qui devait se tenir le 1er décembre à Lyon (France) pour protester notamment contre la rencontre prévue entre le dalaï lama et le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy peu après en Pologne."Les autorités chinoises ont fait part à l'Union européenne de leur décision de demander le report du XIe Sommet Union européenne-Chine, prévu pour se tenir le 1er décembre prochain", a indiqué le Conseil de l'UE (organe représentant les 27 Etats de l'Union européenne, ndlr) dans un communiqué. »

Petite recherche catalane : suite de ce que j'ai vu hier sur TV EXTREMADURA


Petite humeur révolutionnaire

L'HUMEUR Révolution ! La bonne affaire !
Révolution ! La bonne affaire ! Grâce à un collectionneur, par l'intermédiaire du commandant Le Gouaille, conservateur du musée de l'Infanterie de Montpellier, le Musée du Biterrois va acquérir une tenue complète que portaient les fameux Pioupious pour la somme de 2 750 €. Si le conseilller municipal Olivier Guiraud se réjouit de ce tarif défiant toute concurrence, c'est un Raymond Couderc limite euphorique qui s'empare du micro et entonne un « Salut, salut à vous, braves soldats du 17 e »... Repris en choeur, avec plus ou moins de justesse il faut bien l'avouer, par une bonne partie du conseil municipal. « Salut, braves pioupious, chacun vous admire et vous aime ! » Entre rires et chanson, Aimé Couquet fredonne à son tour avec le chef d'orchestre Couderc quelques
paroles du fameux Gloire au 17 e . Pour les plus jeunes, c'est le 18 juin 1907, à Béziers, que les soldats du 17 e régiment d'Infanterie (les pioupious) refusent de tirer sur une manifestation de vignerons, sur les Allées, et mettent la crosse en l'air. Ils seront déportés au bataillon disciplinaire de Gafsa en Tunisie. Bref, un bon moment de récréation en pleine séance du conseil municipal, une bouffée d'air frais au milieu du grand déballage de chiffres lié aux 57 dossiers du débat sur l'orientation budgétaire, une délicieuse trêve avant une copieuse fournée de Patrice Pollet qui a disserté plus tard, vingt bonnes minutes, sur le développement durable... Alors, révolutionnaire Raymond Couderc ? « J'aurais préféré que tu chantes l'Internationale », lance, potache, Aimé Couquet. « Tu serais étonné, car je la connais bien ! », répond
le maire. Pas cap...


En 1907, la mévente catastrophique des vins provoque des manifestations sans précédant dans le sud de la France. Rassemblements monstres à Beziers, Perpignan, Carcassonne, Nimes, Montpellier. A Narbonne, le drame éclate, la troupe tire, il y a 5 morts, des centaines de blessés...
Quelques jours plus tard, le 22 juin, de nouveaux rassemblements ont lieu lors de l'enterrement, pour rendre hommage aux victimes. A Beziers, le 17eme régiment d'infanterie est envoyé pour rétablir l'ordre. Les soldats, pour la plupart originaires de la région refusent de tirer et mettent la crosse en l'air. Ce fait sans précédant vaudra au régiment de rejoindre sans délai les bataillons disciplinaire d'Afrique du Nord... Poursuivi par sa mauvaise réputation, le 17eme sera très souvent en première ligne, désigné d'office pour des assauts meurtriers pendant la guerre de 14...
________________________________________
Légitime était votre colère
Le refus était un grand devoir
On ne doit pas tuer ses pères et mères
Pour les grands qui sont au pouvoir
Soldat, votre conscience est nette
On n'se tue pas entre Français
Refusant de rougir vos baïonnettes
Petits soldats, oui, vous avez bien fait!

Refrain:
Salut, salut à vous !
Braves soldats du 17ème
Salut! braves pioupious
Chacun vous admire et vous aime
Salut, salut à vous !
A votre geste magnifique
Vous auriez en tirant sur nous,
Assassiné la République !
Comme les autres, vous aimez la France
J'en suis sûr, même vous l'aimez bien
Mais sous votre pantalon garance
Vous êtes restés des citoyens.
La patrie, c'est d'abord sa mère
Celle qui vous a donné le sein,
Et vaut mieux même aller aux galères
Que d'accepter d'être son assassin.
Espérons qu'un jour viendra en France
Où la paix, la concorde régnera.
Ayons tous au cœur cette espérance
Que bientôt ce grand jour viendra.
Vous avez jeté la première graine
Dans le sillon de l'humanité
La récolte sera prochaine,
Et ce jour là, vous serez tous fêtés.

Gloire au 17ème sur l'objection de conscience. Interprétée par Montéhus lui-même en 1907

Bonne lecture
Jean-Charles OLIVAN

01:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.